Plan local d’urbanisme : ne confondons pas « communication » et « concertation » !

La loi SRU a rendu obligatoire la concertation auprès du public pendant l’élaboration du projet de PLU. C’est un exercice difficile si l’on veut le mener en toute objectivité, dans la plus grande transparence, et avec la réelle volonté de construire un projet de ville pertinent, équilibré et raisonnable, en phase avec les aspirations des habitants, sans perdre de vue la nécessité de concilier au mieux intérêts individuels et intérêt collectif.

Ce n’est pas dans cet état d’esprit constructif qu’a été menée la phase de concertation et d’information de la préparation du futur PLU des Essarts le Roi. Quantitativement, le nombre et la diversité des actions menées répondent largement aux exigences légales de la concertation : site internet, articles dans le bulletin communal, lettres d’information, réunions publiques… De quoi parle-t-on ? D’information. De communication. Mais s’agit-il pour autant de concertation ? Tout le monde approuve les phrases convenues du diagnostic territorial et des grandes orientations du PADD (le fameux projet d’aménagement et de développement durable). Qu’on en juge par les têtes de chapitre éloquentes : « la maîtrise du développement », « l’harmonie au quotidien », « l’engagement pour la durabilité ». C’est l’histoire du serpent dans « Le livre de la jungle » : « aie confiance, crois en moi… ». Bref, citoyens, dormez en paix, votre Maire socialiste va se faire bâtisseur sans vous le dire !

Non, l’information des Essartois n’a pas été faite en toute transparence et objectivité, la communication a masqué les enjeux. La concertation n’a pas eu lieu !

Au réveil, les Essartois découvrent que « l’harmonie au quotidien » cachait de sournoises OAP… Des OAP ? Des Orientations d’Aménagement et de Programmation… Et ils découvrent pêle-mêle des immeubles collectifs, des maisons de ville en masse, sur les stades, les poumons verts, en plus de toutes les « dents creuses ». Une volonté affichée de construire « au moins 25% de logements sociaux » là où la loi ne nous en demande pas plus que 20%. Et de promouvoir un rythme de construction qui excède d’un ou deux ordres de grandeur les recommandations du PNR ou du SCOT ! Bref, les Essartois sont trahis. La communication a remplacé la concertation, et demain leur ville aura changé et le cadre de vie qu’ils avaient choisi sera irrémédiablement déterioré.

Pour moi, la concertation était prioritaire. Et la concertation, c’est « l’action de se concerter en vue d’un projet commun ». Au lieu de s’exprimer, pour étouffer toute concertation, il fallait écouter, dialoguer, échanger. Alors de ces échanges, serait né le projet d’une ville harmonieuse et solidaire, où il fait bon vivre, mais dans laquelle on aurait su maîtriser la croissance dans un véritable souci de développement durable.

C’est à l’opposé de ce qui a été présenté au Conseil municipal du 4 juillet, qui a arrêté (au sens d’approuver) le projet de PLU.

Cet article, publié dans Urbanisme, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Plan local d’urbanisme : ne confondons pas « communication » et « concertation » !

  1. Ping : Le futur PLU: une menace pour notre cadre de vie | Choisir un NOUVEAU CAP pour les Essarts

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.